2010 l'année de la biodiversité est terminée...ça promet pour 2011 !

Un petit écrit de David Joly de CVN (Convention Vie et Nature) qui résume bien cette année de la  biodiversité :

"Dans cette période de volonté de réalisation des rêves les plus inaccessibles pour chacun d’entre nous, je dois vous avouer que ce premier jour de l’année 2011 est synonyme d’une grande angoisse...

Tout simplement par ce que le début de 2011 marque la fin de 2010, n’en déplaise à La Palice. Et qui dit fin de l’année 2010 dit fin de l’année de la biodiversité. La biodiversité, cette diversité naturelle des organismes vivants. Une biodiversité bien mal en point fin 2009, alors à l’époque on avait consensuellement décidé qu’on allait la requinquer, la relancer, la sauver. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, la France, patrie des droits de l’homme, nation des Lumières, allait montrer le chemin à suivre à l’ensemble du monde.

Et fin 2010, la biodiversité était sauvée.
Pardon ? Vous dîtes ? Vous me demandez comment notre pays a su convaincre tous les autres d’en faire autant ? Vous me semblez avoir la mémoire courte, à moins que ce ne soit le manque de sommeil dû au réveillon de la Saint Sylvestre. Mais nous allons être indulgents en ce début d’année. Alors voilà pour mémoire tous les grands chantiers menés de main de maître en faveur de Dame Nature (liste non exhaustive bien sûr, le travail de nos gouvernants dans ce domaine étant titanesque) :

- l’accord donné par Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, aux fédérations de chasse pour aller expliquer dans les écoles primaires et collèges que réguler la faune, c’est élever dans des conditions atroces des animaux pour les relâcher et les tirer dans les instants qui suivent ;

- l’arrêté du préfet de Côte d’Or visant à exterminer les blaireaux du département sous prétexte de tuberculose ;

- la poursuite du plan de relance gouvernemental et sa fameuse extension de 1 000 kilomètres des autoroutes à travers forêts, champs et campagnes pour dans la foulée y accueillir des camions de transport de 44 tonnes ;

- l’autorisation par le préfet de Haute-Savoie de l’abattage d’un loup, espèce protégée, en guise de hochet aux éleveurs locaux, autorisation suivie par une autre de l’Etat pour un abattage supplémentaire de 6 spécimens ;

- le refus de revoir les quotas de pêche du thon rouge, le condamnant à disparaître inexorablement ;

- l’aval donné par la non-sanction de l’utilisation des matoles pour capturer pinsons, ortolans et autres petits oiseaux de 15 à 20 grammes (espèces protégées depuis 1976), dans le Sud-Ouest de la France ;

- le refus d’entendre l’appel de raison d’Alain Bougrain-Dubourg par Nathalie Kosciusko-Morizet, nouveau ministre de l’environnement, afin de mettre un terme au carnage qui se déroule sur les côtes du Nord où de nombreux oiseaux (5 000 oies rieuses, 5 000 bernaches nonnettes, des dizaines de milliers de canards siffleurs et quelques bernaches à cou roux, espèce menacée à l'échelle mondiale) sont redescendus des Pays-Bas et de Belgique en raison de la vague de froid actuelle et où ils ont le choix entre se faire trucider par l’armée de chasseurs présente ou se laisser mourir de faim sur les flots de la Manche ;

- le maintien de la chasse du tétras lyre, espèce en déclin sérieux, dans 7 des 9 départements français où cette espèce est présente, dans des zones Natura 2000, dans des réserves naturelles de la région Rhône-Alpes ;

- l’instauration du délit d’entrave à la chasse, soit le délit d’entrave à la destruction de la faune ;

- la censure par le bureau de vérification de la publicité d’un spot anti-corrida, spot montrant simplement ce qui se passe réellement dans une arène : un taureau mis à mort par un torero ;

- sans oublier, même s’ils existent depuis bien avant 2010, nos fabuleux camps de concentration nationaux plus communément appelés abattoirs où la tradition de maltraitance, de stress, de torture, y est appliquée avec une rigoureuse constance pour en faire sortir steaks, saucisses, foie gras qui réjouissent producteurs et restaurateurs se gargarisant d’entretenir un patrimoine culinaire.

On le voit bien, la barre a été mise très haute en 2010. Va-t-on pouvoir faire aussi bien en 2011 ? Une chose est sûre, c’est que cette année encore tous les bourreaux du vivant trouveront sur leur chemin ces empêcheurs de tuer et torturer en toute tranquillité que sont les membres de la Convention Vie et Nature.

David Joly"

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 

Bonjour.

Nous sommes actuellement en train de refaire notre site internet.

Rendez vous sur notre page facebook :

https://www.facebook.com/Vicky-association-daide-aux-animaux-174419199261697/?ref=ts&fref=ts

Merci pour votre compréhension.